Google signe un accord avec l’ALPA pour lutter contre le piratage informatique dont le téléchargement illégal

Inscrivez-vous et recevez toutes l'actualités de notre site.

Publier sur :

J’ai réuni dans cet article les informations utiles qui vous permettra d’avoir une meilleur compréhension de l’accord signé entre Google et l’ALPA.

Qu’est-ce que l’ALPA?

Créer en 1985, L’ALPA (pour Association française de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle) est un organisme qui lutte contre la consommation illégale de vidéos (relevant du Code de la Propriété intellectuelle) sur Internet. Elle collabore avec les organismes institutionnels (services judiciaires, Gendarmerie, Police, HADOPI) et autres instances nationales ou européennes chargés d’appliquer la législation en matière de propriété intellectuelle.

Google signe un accord avec l’ALPA pour lutter contre le piratage informatique dont le téléchargement illégal

En effet, le 19 septembre dernier, Google à signé un accord avec l’ALPA, afin que cette dernière utilise son outil d’identification et de gestion des droits pour compiler les plaintes de propriétaires dont les contenus ont été piratés afin de coincer les pirates informatique. Comme se fut le cas pour l’administrateur du site de streaming illégal films-regarder.co , qui à été interpellé à Toulouse par la DIP ( Direction interrégionale de la Police Judiciaire de Bordeaux).

Créé en 2013, ce site n’a cessé d’augmenter en popularité, en proposant un accès à près de 800 films et 700 séries télé.

Selon les données Médiamétrie NetRatingsfilms-regarder.co était fréquenté par plus d’un million d’internautes uniques français tous les mois et totalisait 2, 2 millions de visionnages de vidéos piratées. Le préjudice pour les ayants droit s’élèverait à plus de 30 millions d’euros.

Selon l’ALPA, sur 48 millions d’internautes français, 13 millions auraient accédés à un site dédié au streaming en ligne.

L’Association française de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle à déclaré : « Nous nous engageons à répondre aux déclarations d’atteinte aux droits d’auteur, qui sont formulées selon la réglementation DMCA (Digital Millennium Copyright Act). Si nous sommes informés du non-respect de la loi sur les droits d’auteur par un éditeur même sans intérêt ou si nous avons des raisons de suspecter un tel manquement, nous pouvons mettre fin à son adhésion au programme. »

sources: cbnews, ALPA

 

N’hésitez pas à partager ces informations.

Soyez le premier à commenter